Meilleurs Vœux !

Quand 2019 rime avec production d’œuf !

Elle fut belle, magnifique, somptueuse, heureuse, rythmée cette année 2019 ! En pleine reconversion professionnelle un peu osée, j’ai concrétisé un projet avicole avec mon conjoint (et associé) : un poulailler de 2000m² accueillant 15000 poules Plein Air. Sans mon compagnon de chaque instant l’idée même de m’installer en agriculture n’aurait jamais germé. Pour une meilleure qualité de vie, il nous est apparu que créer un atelier de production d’œufs sur le site existant serait un atout essentiel. Et après cinq mois de fonctionnement, j’avoue que je m’y retrouve complètement. Je me sens libre, responsable, autonome, bref loin de modèles paternalistes et avilissants que l’on peut retrouver parfois dans le monde professionnel. J’ai fait le choix du système d’intégration : je ne maîtrise ni l’amont ni l’aval de ma production. Et pourtant, je me sens libre. Pourquoi ? Tout simplement parce que je décide de tout ce qui concerne mon élevage. La liberté n’est pas une absence de contraintes mais une pleine conscience de ces dernières et la mise en place d’un champ d’actions au sein de celles-ci. Par conséquent, je me sens libre et heureuse. Je me sens à ma place.

L’année 2019 m’a apporté du lâcher-prise, de la sérénité, de la fierté aussi un peu. Faire de l’élevage, c’est s’intéresser au présent : à chaque jour suffit son lot d’ événements à interpréter pour prendre des décisions justes et bienfaisantes pour les animaux. Les outils eux-mêmes amènent à cela : contrôler la consommation d’eau, d’aliment, observer les animaux, compter les œufs, contrôler la qualité des coquilles, etc. La projection vers l’avenir se fait moins forte car le quotidien prend plus d’importance, plus de sens. Il fut une époque où j’étais toujours dans l’anticipation abusive et tentais de tout prévenir, quitte à empêcher des occasions, à m’empêcher aussi un peu. A présent, je conserve cette capacité à anticiper mais seulement dans la prise de décision, corrélée à l’observation. Je n’anticipe plus pour me préserver d’une éventuelle difficulté, je réagis à la difficulté quand je la sens arriver. Autrement dit, je laisse libre cours aux événements et agis en conséquence. Cela a son importance dans l’élevage et dans la vie personnelle. Ça fait un bien fou !

La poule, la brute et le truand

L’année 2019 m’a apporté son lot de westerns ! Communiquer sur l’élevage n’est pas de tout repos. Et j’ai envie de penser que des images de poules qui vont bien, qui vivent bien, c’est autant agréable, rassurant que dérangeant.

Pour peu que je montre mes poules en photo ou vidéo, j’ai en retour des remarques sur leur qualité de vie, sur l’intensivité de mon élevage, sur le ridicule de mes choix d’enrichissement. Et l’on me souhaite d’aller en prison, l’on me juge, l’on me prend pour une tortionnaire. Mais quelle est donc cette cause si importante qui nécessite que l’on dégueule sa haine sur l’Autre ? Impliquant ainsi que l’on devienne une « brute » ? Je ne comprends pas. Je ne comprends pas qu’au nom de ses propres croyances l’on puisse ainsi être haineux, violent, envers autrui. Certains auraient-ils donc le sentiment aujourd’hui d’avoir les trois pouvoirs ? Ça y ressemble en tout cas. Ceux-là, je m’en préserve à coup de blocages : s’ils pensent que je leur donne raison, en réalité je ne fais que gagner du temps et de la sérénité. Je ne suis le truand de personne, pas une cible à viser, cela ne m’intéresse pas. Je fais le choix d’échanger avec des personnes avant tout respectueuses car je suis respectueuse de l’autre. Ça, c’est mon combat (oh oui c’est un combat !). J’ai eu la chance durant cette belle année de rencontrer des personnes formidables, passionnées par leur métier. J’ai été tellement bien accueillie par le monde agricole que je ne serai sans doute jamais assez reconnaissante envers chacun de ceux qui ont contribué d’une manière ou d’une autre à mon projet, à ma communication.  

La France Musée : utopie d’une nouvelle décennie ?

L’année 2019 m’a offert un bouquet garni, un tout incohérent dans lequel j’ai tenté de mettre du sens, entre (re)création d’une qualité de vie familiale et disparition subite de proches, entre envie de communiquer et confrontations de mondes incapables de communiquer ensemble, entre joie de faire partie d’un monde agricole performant, respectueux et désespoir de constater les prises ne décision au plus haut niveau tuant à petit feu ce même monde agricole. J’ignore où donner de la tête tant les contradictions sont nombreuses et fortes. Les discours poussent à la production biologique quand les marchés se ferment dans le même temps ; des ZNT sont votées lorsque l’on démontre enfin que les tests des pisseurs volontaires étaient malhonnêtes ; certains voudraient voir la fin de l’exploitation des animaux quand on nous demande de revenir au cheval de trait (de Troie ?). Il faudrait pouvoir vivre à la campagne sans coq, sans odeur, sans bruit. Il faudrait ne plus manger de viande, ne plus se reproduire, ne plus grossir, ne plus conserver ses mails dans sa boîte de réception, ne plus rire aux éclats (car trop bruyant), etc. J’ai comme l’impression que l’on souhaite une France Musée.

« Venez voir la France Musée, le seul pays au monde entièrement propre et touristique ! Vous pourrez louer une chambre en campagne et voir le coq qui ne chante pas, manger des œufs bio sans poulailler, manger du foie gras cellulaire garanti sans élevage de canards, voir des « paysans » et leur chevaux de trait qui produisent trois fois rien, pour le bon plaisir des yeux seulement. Voyez comme nous avons su revenir aux valeurs d’antan : Magnifique France Musée qui importe tout pour ses touristes et ne garde que quelques vieux métiers pour la vitrine ! »

Ce tableau est sans aucun doute un peu grossier, quoique…

Meilleurs v’œufs pour 2020 !

2019, ce fut cette année complexe, belle, nouvelle, réjouissante. Et pour 2020 ? Pour 2020, j’en souhaite tout autant. Il y aura probablement des brutes, probablement des prises de décision allant à l’encontre de l’agriculture, probablement des conflits qui s’exporteront dans les rues. Et puis chaque jour continuera d’apporter ses bons moments, ses évènements, ses œufs. Chaque jour j’apprendrai, je grandirai encore, je découvrirai.

Je souhaite que 2020 soit une belle année, avec moins d’agribashing, moins de radicalismes, moins de haine. J’ai l’espoir qu’avec toute cette communication des agriculteurs, qui prend de plus en plus d’ampleur, les consommateurs-citoyens parviendront à s’y retrouver dans leurs choix, dans leur portefeuille sans avoir de pression culpabilisante sur leurs épaules. J’ai le souhait que les plus petites exploitations puissent survivre à une nouvelle année qui démarre déjà difficilement au niveau des semis. J’ai l’espoir que plein de jeunes s’installeront et assureront la continuité d’une agriculture protéiforme, complexe, riche de ses diversités.  

3 commentaires sur “Meilleurs Vœux !

  1. Merci Lucie pour ses vœux tellement sincères et tellement à l’image de notre société. Comme toi je ne veux pas d’une France Musée. Je veux continuer à apprendre grandir sans me confronter à cette haine constante de gens qui même si ils sont sans intérêt trouvent malgré tout un auditoire…pathétique.
    Meilleurs voeux 2020 avec de petits et grands projets et surtout de grands bonheurs 😊

    J’aime

    1. Merci Sylvie pour ces vœux et ton message de soutien. Je viens juste de le voir. Je pense que ton rôle est essentiel pour la suite : tu as nos futurs adultes entre tes mains. Pourvu qu’ils aient l’esprit ouvert, les épaules solides, et la passion toujours. Merci pour tout ce que tu fais.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s